Forfait-jours et santé au travail

Contribution Ugict-CGT le 11 octobre 2017

Eléments de contexte

– De plus en plus de salarié-e-s sont au forfait jours, les cadres sont majoritairement au forfait jours ;
- 75 % des cadres utilisent pour des raisons professionnelles leur messagerie sur leur temps personnel ;
– Les articles du Code du Travail limitant la durée du travail à 10 h quotidiennes et 48 heures hebdomadaires ou 44h sur 12 semaines ne s’appliquent pas aux salarié-e-s en forfait jours.

Seules les périodes de repos de 11h quotidiennes et 11+24 = 35 h hebdomadaires s’appliquent ;
– La France est le seul pays d’Europe à avoir des salarié-e-s au forfait jours ;
– L’absence de référence horaire facilite les heures supplémentaires non prises en compte,
et donc le travail gratuit ;
– La situation de cadre autonome, rend plus difficile la mise en visibilité du temps de travail réel, notamment en cas de travail à distance ;
– La non prise en compte des heures supplémentaires, et donc l’absence de récupération possible après plusieurs journées (voire semaines) comportant des horaires excessifs exposent au burn out ;
– La revue médicale britannique The Lancet a publié une étude épidémiologique qui établit le lien entre les risques pour la santé et la durée hebdomadaire de travail. La CGT a obtenu la condamnation de l’Etat français à 4 reprises pour non-respect de la charte sociale européenne sur les droits sociaux fondamentaux.

Comment garantir des durées de travail raisonnables ?

 

Propositions

– Limiter l’utilisation du forfait jours pour les salarié-e-s cumulant 3 critères :
– Une réelle autonomie, un véritable pouvoir de décision dans l’organisation
de leur travail ;
– Un temps de travail qui ne peut être prédéterminé (ce qui ne veut pas dire qu’il ne peut l’être a postériori) ;
– Pas de contrainte au niveau des horaires collectifs d’une équipe ;
– Mettre en place d’un système auto-déclaratif du temps de travail effectué, avec copie au DP,
pour celles et ceux qui ne pointent pas ;
– Déclencher une alerte et la prise de mesures propres à éviter la répétition pour tout dépassement, même occasionnel, des durées quotidiennes de 10 heures ou hebdomadaire de 48 heures
(ou de 44 heures en moyenne sur 12 semaines) ;
– Augmenter la durée minimale de repos à 12 heures quotidiennes, et à 36 heures hebdomadaire ;
– Mettre en place un système collectif d’évaluation de la charge de travail avec des critères objectifs, servant de base aux entretiens individuels ;
– Baisser proportionnellement la charge de travail en cas de temps partiel ou de décharge (formation, mandats syndicaux, etc.) d’un-e salarié-e ;
– Présenter un bilan annuel du temps de travail et de la charge de travail au CHSCT et au CE.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Enquête nationale sur le Télétravail 💻 Un an après, on fait le bilan...

Comment vous organisez-vous ? Quelles sont vos marges de manoeuvre ? Quel est l'impact du télétravail sur votre santé ? Sur votre vie professionnelle ? Personnelle ?

> Le questionnaire est anonyme
> Répondez jusqu'au 6 juin 
> Témoignez de votre vécu

Top